figure_derrida_jacques_khoera_tropa_capricciosa_galerie_ephemere_villeneuve_montpellier_streetart_3    figure_derrida_jacques_khoera_tropa_capricciosa_galerie_ephemere_villeneuve_montpellier_streetart_2

figure_derrida_jacques_khoera_tropa_capricciosa_galerie_ephemere_villeneuve_montpellier_streetart_4    figure_derrida_jacques_khoera_tropa_capricciosa_galerie_ephemere_villeneuve_montpellier_streetart_1

DERRIDA IN SOCKS

Nous rentrons dans une grotte ou plutôt dans son simulacre. Les paroies sont recouvertes de paillettes. Des gouttes d’eau raisonnent en Dolby surround. Cet endroit est absurde. La roche a envahi l’habitat. Sur l’écran, un homme marche en chaussettes et caleçon. Un sol craquelé défile sous ses pieds. Deux mondes entrent en collision : le sol sec d’un désert balayé le vent et les parois d’une grotte froide et humide.

Le personnage n’est clairement pas à sa place. Il marmonne une petite chanson : Les mondes Engloutis. Cette petite musique le rassure. Comme dans un état second, il ne regarde que le sol. Durant sa longue marche, il croise des formes étranges qui émergent du sol, des protubérances, des traces d’animaux, une borne kilométrique … Il se fatigue. Il s’essouffle.

Derrida in Socks (C) 2017.
Lieu d’exposition : La Galerie Ephémère (4 & 5 février 2017)
Durée : 10 minutes, Matériaux : Ecran cathodique, home cinéma et matériaux multiples.
Crédit photo site : Laurent Rebelle